Pour bien débuter

Comment diluer ?

3 septembre 2017

Cet article est en supplément de comment choisir sa peinture, diluer étant une étape difficile lorsque l’on commence l’aérographie, vous y trouverez quelques méthodes simples pour mieux cerner le principe de dilution dans son ensemble  Smile

  1. Pourquoi diluer ?
  2. Règles à respecter
  3. les différents diluants

 

1 – Pourquoi diluer ?

 

 

Il existe deux raisons majeures à la dilution d’une peinture pour aérographe. Pour rappel nous parlerons ici de peinture Acrylique, qu’elle soit solvantée ou 100% Hydro Smile

La première, pour certaines peintures et plus particulièrement les peintures solvantées, est de faire en sorte que votre appareil puisse projeter la peinture. Chose pas toujours évidente surtout lorsque l’on débute. On met la peinture dans le godet, on projette et elle ne sort pas. On réessaye et cela ne fonctionne toujours pas, puis on finit par nettoyer l’aérographe encore et encore…

ce problème vient essentiellement de la pigmentation. Les pigments sont trop gros pour passer à l’intérieur de votre buse et donc, ne parvienne pas à passer correctement à l’intérieur. On peut tout de même parfois y parvenir avec un peu de volonté en augmentant la pression, mais en général le résultat est loin d’être satisfaisant.

La dilution permet de rendre la peinture plus fluide, elle passe donc beaucoup mieux dans votre appareil !

Nota : On rencontre beaucoup ce problème avec de petites buses, inférieures à 0,3mm. Plus votre buse est petite, plus elle nécessite une dilution de la peinture. Généralement, ce problème n’existe pas quand on utilise des encres pour aérographe (certaine peinture dit extra-fine) qui permettent une projection sans dilution de par leur broyage de pigment très fin. (Exemple de la Createx Illustration, qui rentre dans cette catégorie)

 

Pour exemple, certaine peinture comme la Createx opaque, transparente… Nécessite une dilution pour une buse inférieure à 0,3mm. Cela vaut pour cette marque, mais également pour beaucoup d’autre, en tenant compte que ce n’est pas parce que l’on trouve la dilution idéale pour la Createx, que ce sera la même dilution pour une autre marque. Chaque peinture possède donc sa propre dilution.

La deuxième raison à la dilution est moins technique et plus artistique. Vous possédez par exemple une encre qui ne nécessite aucune dilution et vous permet de peindre directement, ce n’est pas pour autant qu’elle ne peut pas être dilué.

Votre peinture une fois dilué vous permettra de projeter un médium moins dense et plus léger, vous permettant de faire des dessins moins marqué, quitte à si reprendre plusieurs fois.

Il vaut mieux y aller progressivement et prendre plus de temps plutôt que de faire des traits marqués difficilement rattrapables, car le fait de pouvoir faire quelque chose de léger et subtile vous permet de corriger vos erreurs à l’aide de diverses gommes.

La dilution est donc tout indiquée pour réaliser des tracés fins et des dégradés subtiles, vous permettant de réaliser des œuvres plus travaillées, vivantes, avec plus de volume et de réalisme.

 

 

2 – Règles à respecter

 

 

Le principe de dilution n’a pas vraiment de “règles” absolues, tout dépend de votre peinture comme vous l’aurez compris. Cependant, il existe quelques points à connaître pour bien cerner la chose.

Plus on dilue la peinture, plus on baisse la pression du compresseur et on ajuste par la suite sa distance avec le support

 

 

La rapport, “dilution + pression + support” est important à fin d’éviter certains problèmes liés à l’un de ces facteurs.

Pour exemple, si vous diluez beaucoup votre peinture, elle devient donc très liquide et fluide. Vous laissez une pression assez forte (typiquement, au alentour des 2 bar) et vous vous trouvez trop proche du support, lorsque vous allez commencer à peindre votre aérographe projettera une flaque de peinture coulante. C’est le drame, votre futur création est saccagée…

Pour le même exemple, mais cette fois-ci, avec une pression très basse et aucune dilution, distance un poile plus éloigné, vous constaterez des sortes de crachotis granuleux. Le manque de pression ne permet pas de projeter correctement la peinture et donc, c’est encore le drame, votre futur création est saccagée… Thinking smile

Bien sûr, il est assez embêtant de toujours modifier sa pression et sa distance à chaque fois que l’on veut plus ou moins diluer, selon si on souhaite peindre quel que chose de manière large ou plus subtile. Il est donc judicieux de trouver un compromis (1 bar par exemple) et de ne jouer qu’avec la distance dans un premier temps, accompagné de la maîtrise de la gâchette de l’aérographe qui vous permettra d’envoyer plus ou moins de pression au doigté.

En tant que néophyte, cela permettra de se concentrer sur la maîtrise de l’aérographe, plutôt que de se perdre dans différents paramètres. La maîtrise de l’aérographe peut faire toute la différence, c’est un facteur clef, extrêmement important.

Autre point important, qui relève d’une phrase bien souvent cité dans le monde de l’aérographie : “Idéalement, il faut que votre peinture est la même texture que le lait”. Pour la blague du lait entier ou demi-écrémé, ce sera plutôt entre les deux Winking smile , mais vous voyez certainement le concept.

Allez dans votre cuisine, servez-vous un verre de lait et observé le quelques secondes. On remarque également que le lait reste très légèrement accroché sur les parois du verre, puis il retombe un peu laissant la lumière passer. C’est exactement la même chose pour votre peinture.

Pour ce point, je dirais qu’il n’est pas essentiel à retenir si vous utilisez comme moi une encre à pigment extra-fin comme la Golden High Flow (puisque ce type d’encre/peinture, passe sans aucun problème dans la buse). Il est par contre beaucoup plus révélateur cher des peintures plus denses, solvantées et également plus dans certains domaines de l’aérographie comme le maquettisme.

Si vous avez du mal avec une peinture, joué avec les paramètres cités dans le premier point et gardez à l’esprit la règle du deuxième point, vous parviendrez à trouver la solution pour votre peinture.

 

 

3 – Les différents diluants

 

 

Pour ce chapitre nous allons distinguer les deux types à savoir ; peinture solvantée et la 100% Hydro

 

 

Si vous avez une peinture 100% Hydro, c’est extrêmement simple puisqu’un bidon d’eau déminéralisée fera votre bonheur pour toute dilution. Rien de plus.

 

 

Eau déminéralisée

 

 

Nota : À retenir que l’eau du robinet ne convient pas dans la mesure ou avec le temps, les minéraux sont susceptibles de perturber le bon fonctionnement de votre aérographe

 

 

Si vous avez une peinture solvantée, vous aurez besoin d’un diluant particulier que l’on appel diluant officiel ou “Reducer”. Il en existe un pour chaque marques de peintures (à noter que pour certaines vous pouvez mélanger les marques entre peintures et diluants, mais restons dans la simplicité) et facilite la projection et l’adhérence de la peinture sur les surfaces solides.

 

 

Diluant Reducer Wicked Colors (Createx)

 

 

l’inconvénient est qu’il coûte relativement cher en générale. Il est possible de compenser en le remplaçant avec de l’alcool à 90% ou alcool médicale à 70% (attention, uniquement pour les solvantées), cependant, évitez les mélanges trop nocifs avec différents produits… Green with envy

 

Nota : l’Alcool à 90% fait sécher beaucoup plus rapidement la peinture, faite attention à ne pas laisser votre peinture diluée trop longtemps à l’air libre.

 

Un instrument qui peut-être fort utile pour ces manipulations est la pipette. Pour l’eau déminéralisée, elle permet de transvaser facilement l’eau du bidon jusque dans le godet (car du bidon au godet directement, c’est quand même super technique il faut le dire….)

 

 

Pipettes

 

 

Si vous avez du mal à en trouver, vous pouvez utiliser une paille ou une seringue en attendant, qui peuvent également fonctionner.

Pour les Reducer , vous pouvez si vous le souhaitez utiliser la pipette pour compter les gouttes et ainsi retenir combien de gouttes de diluants pour combien de gouttes de peintures il vous faut. Cela vous donnera une base pour connaître la bonne dilution de votre peinture jusqu’à ce que vous puissiez le faire sans pipette, à l’œil.

Cela fait perdre un peu de temps à chaque fois donc veillez à ne pas rester bloqué sur cette manipulation. Elle doit uniquement vous apporter une idée de départ.

Si vous avez vraiment du mal ou que vous commencez tout juste, je vous orientes vivement vers une peinture 100% Hydro qui vous embêtera beaucoup moins dans la technique et vous permettra de vous centrer sur la maîtrise de votre aérographe ! Je vous renvois également pour cela à l’article, comment choisir sa peinture Winking smile

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *